Famille Sarde: Sardaigne mon Ile

Un coin de Paradis (Sardegna)

Mes découvertes


Juillet 2015 –  Alghero Nord ouest

La Pelosa –  Costa Paradiso

 

 

 

 
 

CETTE ANNEE C’EST LE NORD    « Castelsardo » août 2011″

 

Castelsardo (parfois Castello di Sardegna) est une commune de la province de Sassari en Sardaigne. Son ancien nom était Castelgenovese (litt. Château génois, car fondé par Gênes et appartenant alors à la famille Doria). Son nom en sarde est Casteddusaldu ou Calsteddu. Il n’a pris ce nom que le 8 mai 1767 (diplôme de Charles-Emmanuel III de Savoie le rebaptisant Castel Sardo), avec le Royaume de Sardaigne attribué à la maison de Savoie, les Aragonais l’ayant rebaptisé entre-temps Castell’Aragonese ou Castel Aragonese. Sa fondation remonterait à 1102 mais il est plus probable que les Doria ne le fonde, sous le nom de Castel Genovese, qu’au XIIIe siècle. Le plus ancien document attesté date du 26 août 1274 et évoque un Château dit des Génois (« detto dei Genovesi »). Jusqu’en 1272, le port voisin de Frexanu (Frisgianu) dépendait du judicat de Logudoro (ou Torres, autour de la ville de Torres près de l’actuelle Porto Torres), alors qu’en 1274, il devient une terre des Malaspina qui le céderont aux Doria en février 1282. Ces derniers gouvernèrent le Château jusqu’en 1448, date à laquelle il devient Aragonais.

Changement de programme, pas de Sardaigne cette année, car je quitte la région Lorraine pour les Alpes

Quelques photos faites par ma fille.

 

 

                                  
  
———————————————————————–
 
 
OGLIASTRA septembre 2009
Mon chemin,……………………….
 Le Coste dell’Ogliastra sono splendide oasi incastonate fra mare e roccia, e formano uno degli ambienti marini più incantevoli del Mediterraneo. Partendo da Nord incontriamo delle cale raggiungibili solo dal mare o a piedi come le rinomate Cala Luna, Cala Sisine, Cala Mariolu e Cala Goloritzé; più a sud troviamo spiagge molto interessanti come Tancau, la spiaggia di Orrì, Cea, Marina di Barisardo e Cardedu, Coccorrocci e il Golfo di Sarrala.

Histoire
L’histoire plurimillénaire de la Sardaigne commence sans doute au paléolithique inférieur (500 000 ans av. J.-C.) auquel remontent les premiers vestiges certains de la fréquentation de l’île par l’homme, qui s’y installe de manière stable bien plus tard, au néolithique inférieur (6000 av. J.-C.). La première civilisation ayant une physionomie et des caractères bien définis et autochtones est la civilisation dite de Bonuighinu (au cours du IVe millénaire avant J.-C. — population diffusée sur le territoire de l’île pratiquant l’agriculture regroupée en villages — en contact étroit avec la Corse, l’Italie et le Sud de la France, céramique et obsidienne en laissent la trace archéologique évidente), puis apparaît celle plus célèbre des nuraghes, qui débute à l’âge du bronze ancien (1500 av. J.-C.) et qui décline progressivement à la fin de l’âge du fer (500 av. J.-C.) pour ne disparaître complètement qu’avec l’occupation romaine. Elle a ainsi été nommée à cause de son architecture la plus typique : le nuraghe, construction en forme de tour (tronc de cône) à l’aide de gros blocs de pierre équarris et travaillés, qui prend une forme plus articulée et complexe lors de la période la plus resplendissante de cette civilisation (en plein âge du fer). Il existe d’autres constructions typiques de l’âge pré-nuragique et intermédiaire : les domus de janas (traduction : les maisons des fées) creusées dans le granit et servant à inhumer les morts, les tombes des géants, très fréquentes à l’intérieur de l’île, et de dimensions cyclopéennes. Dans ce cas également il s’agit de constructions typiques. Le mégalithisme (avec des menhirs notamment) est une caractéristique prénuragique. Les riches ressources minières de l’île attirent l’attention et l’intérêt commercial des populations de la Méditerranée orientale, comme les Mycéniens et les Chypriotes, mais ce sont les Phéniciens qui, à partir du IXe et du VIIIe siècle av. J.-C. constituent les premières colonies stables, occupant des sites le long de la côte, facilement accessibles, favorables aux échanges et au commerce. La Sardaigne qui appartenait à l’empire carthaginois (son occupation va de 535 à 239 av. J.-C.) privilégie, outre la production des ressources minières, celle du froment et du bois (l’île était quasiment recouverte de forêts). Cette exploitation perdure également avec la conquête romaine (239 av. J.-C. 476 après J.-C.). La Sardaigne fut rattachée à Rome lors de la deuxième guerre punique et en 227 av. J-C. est constituée la province romaine de Corse-Sardaigne. Rome, pour affirmer sa domination des zones internes et notamment la Barbaria (devenue l’actuelle Barbagia) – les habitants y sont considérés comme plus fiers et courageux que sur les côtes – s’impose par une administration forte et bien organisée et dont l’efficacité est assurée principalement par un réseau routier très ramifié — duquel ont survécu encore ça et là quelques morceaux originaux — repris en grande partie par le tracé du réseau routier moderne. La décadence de l’Empire romain atteint l’île et a pour conséquence l’abandon progressif des terres agricoles et des côtes et un abaissement notable de la démographie. Abandonnée à elle-même et sans défense, la Sardaigne est occupée et subit les razzias durant quelque 80 ans (vers 460-530 après J.-C.) par les Vandales d’Afrique qui, défaits par l’empereur d’Orient, laissent l’île sous la domination de Byzance. Quand au IXe siècle après J.C. les Arabes achèvent la conquête de la Méditerranée, du Nord de l’Afrique, de l’Espagne et de la Sicile, les côtes sardes sont soumises à leurs attaques incessantes et à leurs razzias. En 1014, une alliance de Gênes et de Pise provoque la défaite de Museto, un chef de guerre arabe qui s’était emparé de Cagliari. Le désintérêt et le vide de pouvoir qui s’ensuit de la part de la lointaine Byzance pousse l’île à gérer elle-même son sort : ainsi, elle s’organise administrativement et militairement en 4 Giudicati (ou judicats) : ceux de l’Arborée, de Calaris (Cagliari), de la Gallura et du Logudoro (Torres), royaumes souverains et indépendants les uns des autres. Avec des soubresauts, les Giudicati survivent jusqu’à la fin du XIIIe siècle, lorsqu’ils deviennent territoires contrôlés par les républiques maritimes du continent italien de Pise et de Gênes. L’Arborée résiste et reste indépendant jusqu’en 1410 et autonome jusqu’en 1478. Cette année, la couronne d’Aragon conquiert définitivement l’île toute entière, déjà concédée en zone féodée depuis 1297 par le pape Boniface VIII ainsi que la Corse voisine (à laquelle les Aragonnais renoncent en 1487). Le « Regnum Sardiniae et Corsicae » ainsi créé le 4 avril 1297 demeurera sous la domination de la couronne d’Aragon jusqu’au début 1700. Après une brève parenthèse autrichienne (1708-1718), confirmée par le traité d’Utrecht, le Regnum Sardiniae est cédé par le « traité de Londres » (1718) aux États de Savoie, en échange de la Sicile, dont le duc prend le titre de roi de Sardaigne. Le royaume de Sardaigne est ainsi constitué (désigné généralement sous le nom de Piémont-Sardaigne par les historiens français puisque sa capitale est à Turin et une vice-royauté est installée à Cagliari), et à l’intérieur de celui-ci l’île maintient son statut autonome jusqu’à 1847, année où elle fusionne avec le Piémont et donne le jour à un gouvernement central unique, renonçant ainsi à son autonomie historique. Le 28 avril 1794 une véritable rébellion antiféodale éclate à Cagliari. Cette insurrection est matée après la défaite de Giovanni Maria Angioy, vaincu près d’Oristano en 1796. Avec la fin des guerres pour l’Indépendance et l’unité italienne, le royaume de Piémont-Sardaigne devient royaume d’Italie en 1861. «Tout commence avec le Royaume de Piémont-Sardaigne : en termes constitutionnels, il existe une continuité entre celui-ci et la République italienne.

Publicités

4 octobre 2009 Posted by | Voyages | 2 commentaires

Onde Sarde


Site de NaWel passionnée de la Sardaigne.

a visiter sans modération

Son adresse web :  http://ondesarde.canalblog.com

9 février 2009 Posted by | Voyages | Laisser un commentaire

Informations sur la Sardaigne


Quelques photos sur la Sardaigne année 2008 

 

 

Merveilleuse  balade à cheval ville de Ghilarza et lac Omodeo 

(  Sardaigne  )

 Je remerci le centre hippique de Ghilarza et l’organisateur ENRICO et ses amis, qui nous a organisé une merveilleuse balade dans la mythique campagne Sarde.

Je conseille aux futurs visiteurs de notre belle Sardaigne de prendre contact avec Enrico du centro Ippico di Ghilarza et faire une balade à cheval.ci joint sonadressemail:centroippicoghilarza@alice.it

 

 

 

 L’Artisanat Sardes

  Les Couteaux une tradition pastorale.


 

 

28 février 2008 Posted by | Voyages | 5 commentaires